Les discriminations en France

Huit millions de personnes en situation d’illectronisme en France

Les faits 15 mars 2024 https://www.inegalites.fr/illectronisme-2909 - Reproduction interdite

15 % de la population ne possède pas les compétences numériques de base ou ne se sert jamais d’Internet. Les personnes âgées sont les plus concernées, mais la fracture numérique est aussi sociale. Extrait du Centre d’observation de la société.


15 % de la population de 15 ans et plus est victime d’illectronisme, selon les données 2021 de l’Insee [1]. L’illectronisme est l’équivalent de l’illettrisme dans le domaine du numérique : la « situation d’une personne ne possédant pas les compétences numériques de base ou ne se servant pas d’Internet », indique l’institut. Au total, plus de huit millions de personnes seraient concernées.

Ce chiffre comprend deux composantes. Tout d’abord, selon l’Insee, une personne est dans cette situation si elle n’a pas utilisé Internet dans les trois derniers mois. On considère que cela signifie qu’elle ne sait pas se servir de cet outil numérique. 14 % de la population est dans ce cas, soit l’immense majorité (90 %) des personnes en situation d’illectronisme. Le taux d’illectronisme atteint 62 % chez les 75 ans ou plus car 59 % ne se servent pas d’Internet.

Ensuite, la seconde composante est la compétence numérique, mesurée par le fait de faire des recherches sur Internet, d’envoyer des courriels, de à se servir de logiciels, d’accéder à sa banque en ligne, etc. Ne pas maitriser l’ensemble de ces capacités numériques ne concerne que 1,5 % des quinze ans et plus. Pratiquement aucun des 15-24 ans (0,1 %) ne connait cette forme d’illectronisme qui touche 2,7 % des 75 ans ou plus.

L'illectronisme selon l'âge
Unité : %
Non-usage d'Internet dans les 3 derniers mois
Absence de capacités numériques
Illectronisme
15-24 ans2,30,12,4
25-39 ans3,60,74,3
40-59 ans4,71,25,9
60-74 ans21,32,824,2
75 ans ou plus59,22,761,9
Ensemble13,91,515,4
Lecture : 61,9 % des personnes de plus de 75 ans sont en situation d'illectronisme.
Source : Insee – Données 2021 – © Observatoire des inégalités

Le premier facteur d’illectronisme est l’âge. À niveau de vie et de diplôme équivalents notamment, le risque d’être dans cette situation est 15 fois plus élevé chez les plus de 75 ans que chez les 15-24 ans. À âge équivalent, les non-diplômés sont sept fois plus concernés que ceux qui disposent d’un niveau bac + 3 ou plus ; les 20 % les plus modestes 6,6 fois plus que les 20 % les plus aisés. La fracture numérique est aussi sociale : 9 % des ouvriers contre 1,2 % des cadres sont touchés. Une combinaison de facteurs entre en jeu.

Risque d'être en situation d'illectronisme

20 % les plus aisésRéférence
Des 20 % aux 40 %1,4
Des 40 % aux 60 %2,3
Des 60 % aux 80 %4,7
20 % les plus modestes6,6
Bac+3 ou plusRéférence
Bac+21,4
Bac ou équivalent1,7
CAP, BEP ou BEPC3,0
Aucun diplôme ou CEP7,0
FemmesRéférence
Hommes1,3
15-24 ansRéférence
25-39 ans1,2
40-59 ans1,9
60-74 ans3,5
75 ans ou plus14,7
Risque d'être en situation d'illectronisme comparé à une situation de référence, à âge, sexe, diplôme et revenus équivalents.
Lecture : les personnes âgées de 75 ans ou plus ont une probabilité 14,7 fois plus élevée d’être en situation d’illectronisme que les personnes âgées de 15 à 24 ans, à sexe, niveau de diplôme et revenus équivalents.
Source : Insee – Données 2021 – © Observatoire des inégalités

Les technologies de l’information prennent une place croissante dans la société, en matière de communication entre les personnes, d’accès à l’information, à la mobilité, etc. La question de l’illectronisme est d’autant plus importante quand certains services, notamment publics, imposent l’usage de ces technologies, en particulier vis-à-vis des plus âgés peu qualifiés dont la majorité ne sait pas se servir de ces outils et se trouvent ainsi privés de l’accès à ces services. Pour autant, la maitrise du numérique ne se limite pas aux ainés. Certes, chez les jeunes, la proportion d’illectronisme est très faible, 2,4 % selon l’Insee : cette forme d’exclusion est bien moins répandue, mais elle peut être ressentie encore plus violemment car dans cette tranche d’âge tout le monde semble être connecté. Cette situation touche aussi les adultes : le taux d’illectronisme atteint 6 % chez les 40 à 59 ans, ce qui n’est pas négligeable.

Le numérique constitue un progrès énorme, mais il laisse de côté une partie de la population. L’illectronisme constitue bien une forme non monétaire de pauvreté. On peut imaginer qu’au fil des générations le phénomène se réduise avec le vieillissement de catégories ayant été connectées plus jeunes. La question du niveau de qualification prendra alors davantage d’importance. L’effet de l’âge se maintiendra certainement aussi avec l’arrivée de nouveaux usages numériques, comme c’est le cas aujourd’hui avec l’intelligence artificielle.

Cet article est extrait de « Huit millions de victimes d’illectronisme en France », Centre d’observation de la société, 13 octobre 2023.

Photo / © Fotolia


[1Voir « 15 % de la population est en situation d’illectronisme en 2021 », Insee Première n° 1953, Insee, 26 juin 2023.


Date de première rédaction le 8 décembre 2020.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)
Un site de



Faire un don



Publication